Maraud

Permettez que je vous livre Bataille. 

Ce qu’il regarde, ce qu’il observe au plus près du poil, au plus velu du regard, on le nomme de bien des façons, on le qualifie, on l’épithète même à l’occasion ; l’animal dans sa caisse, claquemuré dans son verre securit, ne bouge ni ne frémit, ne tremble ni ne moufte : il est l’image faunique de la mort béatifiée, il est le Saint-Gobain du musée d’Histoire Naturelle, en gloire, médiocre mais adulé. Gueule légèrement entrouverte, rigidifié à tout jamais dans un mouvement qu’il n’effectua peut-être pas, une conformation anatomique qui n’existe que dans l’esprit du taxidermiste qui choisit pour lui sa posture dernière, il suinte la paille et l’arsenic, la suture subtile et l’œil derrière la loupe, il est ce mouvement pour quatre cent cinquante trois mille et sept cent douze visiteurs avant lui, le cou tourné vers la droite, les pattes chacune tordue dans un simulacre de nage aquatique, mais le tout à pied sec, sans une once d’humidité, comme en témoigne l’antique hygromètre incorporé à la base du parallélépipède du palmipède, cubique bien que sa longueur excède par deux fois au moins sa largeur, ce qui le place en dehors de la gracieuse proportion du nombre d’or.

L’hygromètre ne varie pas, même quand l’oeil s’attarde longtemps à le fixer, ce qui n’est pas ce que l’œil fait en premier, rendu devant ce trophée des expéditions légendaires quoique naturalistes du XIXème siècle colonisant, il est immuable, on peut voir les infimes variations tracées des heures qui précèdent, dans un braquet de six jours exactement, une ligne sinon parfaitement uniforme sur papier millimétré, un sismographe de l’invariabilité humide en milieu trépassé. L’hygromètre varie peu parce que la mort ne mouille pas. Le nombre d’or qui n’est pas respecté, qui n’a pas été respecté dans la construction du sarcophage exhibant, qui n’a peut-être jamais été présent à l’esprit de celui ou celle ou ceux qui construisirent le parallélépipède du palmipède, était pourtant connu des Grecs, à ce que dit la légende, usité en son temps et encore de nos jours pour la construction des volumes et l’installation des volutes, depuis le fabuleux temple de Salomon dont on se plaît à croire, dans les diverses coteries maçonniques qui accordent un crédit tout particulier à la mise en oeuvre des mythèmes pré-christianiques, anté-Jésus pourrait-on dire, afin d’assoir leur crédibilité ésotérique dans l’esprit avide de l’impétrant, il vient et il veut, l’humilité s’impose à quiconque impêtre, même pour un recours en grâce ou surtout peut-on dire, quand l’impétrant évite de s’empêtrer, se dépêtre, se dépatouille, ne cafouille, ne bafouille, ne rumine, ni coup tordu ni coup vache, direct à l’estomac, l’un des estomacs où tournoie, macère et fermente la mâchée de l’herbivore, sassée, ressassée jusqu’à plus soif comme l’humble impétrant non empêtré qui attend avant d’atteindre, qui aspire avant d’expirer, qui se place en seuil de la porte à faux avant que la faux ne le fauche, et la camarde occit, et la faucheuse prélève.

Ce nombre qui s’écrit d’une singulière lettre grecque, qu’on lit Phi, mathématiquement la moitié de l’addition de la racine carrée de cinq plus un, nombre irrationnel bien que descriptible, au contraire de Pi qui n’est solution d’aucune équation, qui n’est que le nom propre de lui-même, qui est son nom avant d’être nombre, qui est nombre indénombré, qui est légion de ses décimales plus longues qu’un univers, être nombre indénombré c’est porter en soi, dans un repli de soi, dans un secret de soi presque tous autres nombres énonçables ; le nombre d’or se ramène à une grossière approximation de deux virgule sept cent trente six si l’on s’en tient, comme le commande l’usage courant, aux sacro-saintes trois décimales suivant la virgule. Au contraire du volume de gaz inerte emplissant le cénotaphe transparent qui, bien que parfaitement traversé par la lumière, arrête éminemment le regard, mélange d’air et d’azote, dont les propriétés isotoniques assurent une préservation accrue des éléments biologiques qui viendraient à être soumis à son action non corrosive, l’œil peut varier en humidité et se couvrir même d’un fin voile liquide, faire l’expérience ordinaire d’une marée saline qui viendrait se condenser en un ressac trivial au creux de la paupière inférieure avant de se déverser en un surjet aqueux, expansion sans fard d’une humeur excédentaire, dont on attribue communément la cause à un sentiment, mais qui peut tout à fait s’originer en un contact indésirable avec un corps étranger, alors qu’un sentiment peut lui être du à l’éloignement d’un corps, étranger rarement, désirable souvent. L’œil s’arrête souvent là où la mort fait immobile, il est incrédule au seuil de ce qui ne bouge plus, il est incroyant à l’heure du non-pas, il est impétrant au vestibule des rigueurs cadavériques, il fouille et il fouit, fouir c’est mettre sa gueule dedans, fureter avec la rage dernière de l’animal captif, la rage de celui qui se sait promis au devenir léniniste d’une contradiction figée, qui refuse l’année 1923 et ses prochains trente quatre million cinq cent quatre-vingt douze mille et deux cent trente sept visiteurs, soit presque le double d’yeux humides ou non, soit presque le double de jambes, de bois rarement, devant un seul cercueil, de verre simplement, la rage de fouir à l’instant d’être pris et de se voir stalinien en 1953, voué à l’infrémissement de la moustache qui gouverna plus de la moitié du monde, voué aux errances lacrymales de plus de visiteurs encore, yeux humectés mesurés à l’hygromètre sismographe des terreurs languissantes, des mouvements telluriques quand chutent les tyrans, l’oeil de celui qui regarde contient la beauté de la mort de celui qui ne bouge plus, qui n’a jamais été beau, qui est fait beau d’autant ne plus bouger.

Et comme il lit son nom d’Ornithorhynchus anatinus, il songe absent à un de ses autres noms, un parmi les sept cents mille noms de Dieu peut-être, Platypus, pied-plat, faux nom latin pourtant anglais, tout traversé de grec, tout transpirant hellène, transparent pour l’oeil qui le lit voyant le grec qui sourd à ses lettres, ce grec qu’il n’entend pas, mais pas sur la plaque de cuivre du parallélépipède du palmipède, sur la plaque trop sensible de sa mémoire, et il pense à Œdipe, il revoit Œdipe-roi, il revoit les couronnes, et il revoit la mer, θάλασσα, thalassa, et la mère, θανατά, thanata, dans le cercueil même pas de verre, peut-être dix-neuf ou vingt-trois visiteurs avant lui, il connait la marée saline, il est saturé, submergé encore de l’humeur aqueuse qui s’immisce, il n’a pas suturé, il est pris du sentiment devant le corps trop présent voué à être absent, rendu à l’Étranger, aux premiers mots, et il revoit la couronne, wreath, il se défait de l’e de l’œil pour sa langue d’oil, sa seule langue non morte, voilà qu’une lettre tombe pour que reste sa rage, wrath.

Gone stokers

Their jackets inevitably sag a little. However freshly washed, they usually carry with them an agedness air the profane eye struggles to fathom.

The left pocket sometimes shows a sort of white mark, where the coarse linen bears prints of scuffing; it is a sign that the owner of the jacket is right-handed, for many of them just let their idle hand rest on their side when not in use. Left hands are often idle. Work is long gone; one can always grab a glass with one hand. On a closer look, one can make out four distinct pale blobs: as so many knuckles weighing at the bottom of the pocket, counterweights to a sinking decline.

On both shoulders the marks are alike; one might think they were produced by the habit of carrying heavy loads, the stigmata of a barely ergonomic kitbag lugged around for decades. Ships don’t sail anymore; the only fog horn blowing in the mist is the one of the ferry casting off to Corsica. Longshoremen drive machines, and sailors don’t possess any bag. If the cloth is worn-out on each side of the collar, the rain takes all the blame. The water soaked and took away the color of the jacket; only it never rains in Marseille, and whenever it does, people stay inside, for the rain never lasts. After a life of brief rain showers, the garment and the face of its wearer share a common wanness.