Cher Monsieur B.,

En réponse à votre sollicitation insistante de ces derniers jours quant à ma recommandation en matière de soutenance, de titre et dieu soit loué, j’écris. Ces quelques lignes pour vous signifier le tiers payant ne sera plus appliqué, dorénavant, quelque soit la raison l’emporte sur l’indigence. Y compris de la littérature ; surtout, devrais-je dire, et à cet instant je m’était tu.

Car vois-tu, monsieur B., tout bien considéré, les facéties répétées auxquelles tu t’adonnes à des plaisirs que la morale bourgeoise réprouvent et je t’en félicite, enfin le plus souvent, sauf quand tu t’éclipses à Bruxelles on mange d’excellentes moules, mais c’est un cliché et nous n’en voulons plus, n’est-ce pas ?

Ce que je vous conseille donc c’est que tu prennes les jambes à leur mauvais coup, pendable, un tour de cochon avec toutes les mains contre le mur et pourquoi pas les flics qui débarquent, tous les débarquements sont bons à prendre en Basse-Normandie, ça fait historique, le lieu de mémoire qui flanche ne prête pas à rire. Qu’ils viennent et ce serait parfait, regarde avec trois bouts de texte vous avez accompli sur le retour, et vous avez même publié ce qui était inespéré.

Reprends donc du dessert et le fil des pages blanches où on n’inscrit pas que des procès-verbaux, même si les insurrections ne frémissent pas, frémir serait transitif j’en jouirais, jouir aussi vous disiez qu’il eût été, une histoire comme ça, non ? Peut-être que je me trompe, mais il suffit parfois d’un bon mot au bon moment et de passer à l’infinitif c’est passer de mode. J’aimerai quand tu cuisines, autre chose encore que tu aurais laissé tomber, pas important, l’inachevé fait système.

Je vous aime.

J.